[ Max-Pol Fouchet ] - HYMNES A LA SEULE




HYMNES A LA SEULE

de Max-Pol FOUCHET


                           I 
      
      
De toi je n’ai su que l’écume et les vagues
      Comment t’aurais-je connue
      Tu étais la figure de proue
     
      Je ne pouvais qu’imaginer tes seins durs
      Ton ventre à la courbure des voiles
      Quand ta chevelure aux courants se nouait
     
      Comment t’aurais-je connue
      Devant moi tu étais entre des ailes
      A tes pieds l’une et l’autre nées
      Les oiseaux du semeur au matin
      Comme nul amant ne fit je te suivais
      sans rien voir de tes regards
      Sauf qu’ils se posaient au même horizon
      Si nous eûmes un fils
      Ce fut le lointain
     
      Des moustaches d’embrun
      Devant toi s’écartaient
      Comme celles des chats dont on assure
      Qu’elles leur permettent d’aller
      Dans la nuit
     
      Tu livrais combat à des houles adverses
      Singulier défenseur que j’étais ! A l’arrière de toi
      Quand j’aurais dû de mon corps te garder
      Moi qui n’étais qu’un homme de poupe
     
      Liberté
     
      Ainsi t’appelait l’équipage
      Je t’ai trop désirée pour savoir te nommer
      Il fallait tenir la toile
      Veiller aux récifs
      Ta poitrine se soulevait aux montées des lames
      Des tempêtes des bonaces je te savais sauve
      Les flots devant toi se cassaient
      Les hommes au cours des émeutes
      Mouraient lèvres à tes lèvres
      Tu fendais l’eau des vivants et des morts
      Je n’ai su de toi que la révolte écroulée
      Les barricades démontées
     
      Tu m’as précédé toujours
      Je n’ai pu que t’aimer
      Savoir de toi ce que veut dire la vie
      Combien pèse peu la mort au fléau des mâts
      Inconnue mon inconnue ta figure est pourtant
      Ma porteuse ce que je sais
      Du savoir et des profondeurs 
      
            
                  II
     
      Grande femme forte
      Forte comme l’homme
      Forte comme la femme
      Douceur d’aube
      Tendresse de soir
      Volonté de midi
      Présente comme la pierre
      Fugitive éternelle
     
      Nue
      Comme la grille de fer
      Qui est supplice de ta chair
      Nue dans les drapeaux
      Nue dans l’espace
      Qui est toi
     
      Te dire
      Avec des mots aussi nus
      Que la grille de fer
      Pour vaincre les grilles
      Pour sécher le sang
      Des grilles
     
      Aux retours des chemins
      Nous conviaient les masques
      Nos espoirs nous dupaient
      Vêtus de nos croyances
      Tu le sais nous avons cédé
      Aux simulacres
     
      O sanglante
      Notre rouge vérité
      Parmi tant des nôtres brûlés
      Pour seulement te désirer
     
      Ton sang
      Laisse-moi le regarder
      Pour voir
      Le sang des miens
     
      Sang
      J’ai la bouche pleine
      De ta salive 
      
      
                  III 
     
      Désertées les barricades
      Ai-je dit
      De quel droit le dire
      Les nouvelles se dressent
      Aussi dures aussi fragiles
      En elles à leur naissance
      Portant leur écroulement
      Le sable des renaissances
      Le temps retourne le sablier
      La mer est le ventre
      De la mer
     
     
      Les plus lentes pluies
      Sur des paysages à mourir
      Nous trouvons dans les orages
      Nos plus anciennes montures
      Le baiser fou de l’éclair
      La sagesse des folies
     
     
      L’éclair t’appartient
      Maîtresse des feuilles
      Maîtresse des rivières
      Maîtresse de l’oiseau
      Maîtresse qui n’exerce pas
      La loi des maîtres
     
      Maîtresse de tout homme
      Doué de sexe et d’âme
      Pierre de silex pour le feu
      N’accorde pas à tes nomades
      Le répit la tente le refuge
      Qu’ils n’aient vu
      L’éclair
      Fais donc qu’ils ne cessent d’aller
      Sans jamais se corrompre
      Muscles noueux des longues marches
      Les os imputrescibles
      Sur les hauts plateaux déserts
      Où règne à ton image
      Le vent
     
      Le vent la neige la pluie
      Meunier des saisons la bourrasque
      Les vastes baumes du soleil
      Les soies de lumière
      Que seraient-ils sans la course
      Et le vol? 
    
      
                  IV
     
      Le fil de la vierge
      Au gré du silence matinal
      En dit plus sur toi
      Que les mots
      Pourtant je parlerai
      De la violette nichée
      Des campanules de l’anémone
      Du lys des asphodèles
      Mais jamais n’oublierai
      Ni l’épine ni l’ortie
      Ni la ciguë verte
     
      De parfums de saveurs
      La terre est libre
     
                  V
     
      Libre tu ne l’es pas
      Seule
     
      Je regarde les continents
      Ce ne sont que plaies
      Ta blessure
     
      Afrique où naquit l’homme
      Qu’attends-tu parmi les tambours
      Pour l’honorer dans les savanes
      La protéger de forêts noires
     
     
      Asie aux foules mourantes
      Accorderas-tu jamais tes mystères
      Au mystère de la seule vie
      Fleuve sans bûchers funèbres
     
      Amérique aux dieux exsangues
      Vas-tu la reconnaître bien de tous
      Mesure commune des cavaliers
      Mouvement de l’herbe aux prairies
     
      Océanie tes plongeurs la cherchent-ils
      Dans la transparence de la mer
      Reviendront-ils un jour à la surface
      La couvrant de perles et de bulles
     
      Europe qui te vantais de la créer
      En cortège contre les cachots
      Europe plus que d’autres coupable
      Tu la disais ta mère et ton enfant
      Voilà donc où nous sommes
      Vivants de ce siècle
      A tes pas comme un boulet
      Nous avons attaché la terre
     
      Inventé des systèmes
      Pour te lier de phrases
      Crié Liberté ! Liberté !
      Pour couvrir ta voix
     
     
      Pauvre géographe le monde
      N’est rien que filets jetés
      Pour barrer la rivière
     
      Les yeux fermés je te vois
      Souffrir aux latitudes
      Tu le sais nous avons cédé
      Aux simulacres
     
     
      Ô sanglante
      Notre rouge vérité
      Parmi tant des nôtres brûlés
      Pour seulement te désirer
     
      Ton sang
      Laisse-moi le regarder
      Pour voir
      Le sang des miens
     
      Liberté
      J’ai la bouche emplie
      De ta salive
      De sang 
            

      1. Hymnes à la seule est reproduit avec l’aimable autorisation des éditions Actes Sud . Il figure dans Demeure le secret et autres poèmes publiés en avril 1985 par Hubert Nyssen, éditeur. Ce poème inédit jusqu’alors est considéré comme le tout dernier écrit et contrôlé par Max-Pol Fouchet.